#4 les programmes sur les relations internationales, la défense, l’immigration

Les Républicains

Rappelons des principes simples et exigeons que la tradition d’accueil de la France se fasse dans le respect de l’identité nationale, de nos lois et de l’appartenance à la République. Cela signifie que le nombre d’immigrés accueillis doit être conforme à nos capacités d’accueil et d’assimilation. Ils devront justfifier, avant leur arrivée en France, de leur connaissance de la langue française, adhérer bien sûr aux valeurs de la République et apporter une preuve de leur capacité à exercer une activité professionnelle.
Oui, la France a le droit de choisir qui peut rester sur son sol.
Nous le voyons, la crise migratoire que traverse l’Europe atteint une ampleur inédite. Pour y répondre, nous proposons de créer des centres internationaux de rétention à proximité de la zone syro-irakienne et de définir une liste européenne de pays d’origine « sûrs » pour lesquels le statut de réfugié ne sera pas accordé. Enfin, nous appliquerons un statut de protection provisoire pour les réfugiés de guerre parce qu’une fois la guerre terminée ils ont vocation à retourner dans leur pays.

Parce que cette question dépasse le seul cadre de notre pays, il faut exiger de l’Europe d’être à l’initiative de la refondation de sa politique d’immigration. Suspendons sans délai Schengen 1 et définissons un nouveau périmètre des États membres de Schengen 2. Tant qu’un Schengen 2 digne de ce nom n’aura pas été mis en œuvre, Les Républicains demandent que la France contrôle par elle-même les frontières de la République française, car la liberté de circulation des Européens en Europe n’implique nullement la même liberté de circulation pour les extracommunautaires sur notre continent. Les frontières de l’Union européenne doivent être respectées et protégées. Introduisons une « conditionnalité migratoire » avec les pays d’origine pour les visas. Nous l’observons, l’asile fait l’objet d’un détournement généralisé. Il faut l’endiguer. C’est pourquoi nous définirons un délai de traitement légal des demandes d’asile, pour plus d’efficacité. Nous faciliterons le retour des clandestins dans leurs pays d’origine, en allongeant la durée maximale de rétention administrative.

Nous devons assumer le coût de notre puissance militaire et de son rôle, et renforcer l’esprit de défense en réaffirmant le lien entre l’armée et la nation. Dès 2017 sera mise en œuvre une « revue stratégique » pour mettre fin aux impasses actuelles. Une nouvelle loi de programmation militaire de cinq ans, le temps du quinquennat, sera adoptée avec l’objectif d’augmenter les crédits alloués à la défense de 32 milliards d’euros cumulés sur la durée du quinquennat. Cela permettra d’atteindre un budget annuel de 41 milliards d’euros en 2022, et de viser l’objectif de 2 % du PIB consacrés à la défense en 2025.

Nous ne pourrons pas renforcer l’autorité de l’État si nous ne réaffirmons pas le lien armée-nation. Le service militaire adapté (SMA) pour les jeunes de 16 à 25 ans sera étendu sur le territoire métropolitain en faveur des 100 000 décrocheurs annuels de l’Éducation nationale.

EELV

Abandonner la Convention de Dublin et partager équitablement l’accueil et l’intégration des réfugiés dans les pays de l’Union.
Accroître l’Aide Publique au Développement à la hauteur de l’engagement international de la France, c’est-à-dire à 0,7% du PNB à l’horizon 2022.
Interdire les ventes d’armes aux pays non démocratiques.
L’égalité doit primer sur l’identité, la citoyenneté sur la nationalité.
– Mettre en place le récépissé pour éviter le contrôle au faciès.
– Instaurer le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Debout la France

La politique étrangère de la France ne doit poursuivre qu’un seul but, la défense de l’intérêt supérieur de la nation : c’est à dire de sa sécurité en Europe et outre-mer, de ses alliances, de ses débouchés et approvisionnements et de sa vision du monde, fondée sur des principes et valeurs universels qui l’ont toujours guidée au fil de son histoire.
Réaffirmer le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Intensifier la guerre contre les mouvements terroristes islamiques et coopérer avec les Etats qui suivent le même objectif.
Faire de la lutte contre le terrorisme islamique un thème central de nos relations avec les pays musulmans, notamment ceux du Golfe qui font preuve d’ambiguïté à l’égard de ces mouvements.
Sortir unilatéralement du régime de sanctions contre la Russie.
Sortir de nouveau du commandement intégré de l’OTAN
Lancer un plan Marshall pour l’Afrique (sur la base du grand plan de développement).
Mieux soutenir les pays amis de la bande sahélienne confrontés au terrorisme islamiste. Notre propre sécurité est liée à la sécurité, au développement, et à l’État de droit dans ces pays.
Protéger les populations africaines victimes de massacres. La France s’est trop engagée dans des champs éloignés de ses centres vitaux et a pris trop de  distances avec ses amis historiques.
Aider à relancer les structures politiques et économiques francophones (UEMOA, CEMAC).
Créer en Afrique quelques grandes université françaises de haut niveau et d’excellence (fin d’études, recherche), en lien avec les Universités françaises et les Centres français de recherche sur place (IRD, CIRAD…).
Créer une Union Méditerranéenne entre les pays francophones (France, Liban, Maroc, Algérie, Tunisie), latins (Espagne, Italie) et francophiles (Malte, Croatie, Grèce, Egypte) afin de réaliser une politique de co-développement et de régler les problèmes de navigation internationale, de transit énergétique, de gestion des ressources halieutiques, de pollution chimique, de flux migratoires et de commerces et trafics illicites.
Protéger les Chrétiens d’Orient et intensifier la guerre contre les mouvements terroristes .
Œuvrer à un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens.
Veiller à la reconnaissance d’Israël par tous les Etats de la région et permettre la création d’un Etat palestinien viable.
Jouer un rôle central dans la reconstruction de la Syrie et de l’Irak.
Soutenir le peuple kurde – qui a bien mérité de sa lutte contre l’Etat islamique – dans sa légitime aspiration à constituer un Etat comme le promettait le traité de Sèvres en 1920.
Sanctionner les ambassadeurs qui mettent en péril l’image de la France par un comportement inapproprié comme notre ambassadeur à Washington qui a ouvertement pris parti dans la dernière campagne présidentielle en insultant le futur vainqueur.

Préserver notre indépendance nationale et remplir les missions fondamentales de notre politique de Défense au service d’une grande politique étrangère.
Quitter de nouveau le commandement intégré de l’OTAN.
Maintenir la dissuasion nucléaire à un haut niveau de performance
Protéger le territoire national.
Renforcer les capacités de nos forces à se projeter partout dans le monde.
Etre à la pointe des innovations scientifiques et stratégiques.
Bâtir une nouvelle vision stratégique et mondiale autour d’alliances dans le domaine de l’industrie de Défense avec des pays émergents comme le Brésil, l’Inde, la Malaisie ou Singapour.
Mener des coopérations à la carte avec nos partenaires européens

Se donner les moyens de l’indépendance et sanctuariser le budget de la Défense à 2% du PIB (1,5% à l’heure actuelle
Faire passer le budget de 32 milliards d’euros (2015) à 42 milliards d’euros dans un premier temps puis l’ajuster au PIB.
Recruter 50 000 soldats sur la durée du quinquennat afin de compenser les dramatiques diminutions d’effectifs sous les mandats Sarkozy et Hollande (-59 000 militaires).

Mobiliser les femmes et les hommes de notre pays, vrai moteur de notre politique de défense.
Rétablir un service national de 3 mois obligatoire au cours duquel les jeunes auront droit à 1 passage du permis de conduire. Il sera aménageable en service militaire de 1 an pour ceux qui le souhaitent.
Créer une garde nationale composée de réservistes militaires.
Améliorer la condition militaire, établie en lien avec la nouvelle organisation de la concertation au sein des armées.
Revaloriser les pensions de nos anciens combattants. Nos anciens combattants sont la fierté de notre pays : le devoir de la France est de leur donner toute la reconnaissance et la dignité qu’ils méritent.
Assurer un niveau décent de ressources aux conjoints survivants et aux anciens combattants les plus démunis.

Renforcer nos moyens matériels et dynamiser notre industrie d’armement
Revoir et renforcer le soutien des forces et l’organisation des bases de défense, en privilégiant les chaînes de commandement opérationnel sur la bureaucratie administrative.
Construire un deuxième porte-avion sur la durée du quinquennat (coût total de 4 milliards d’€ soit 800 millions par an sur 10 ans).
Moderniser les équipements des forces françaises (drones, frégates…).

Renforcer nos capacités de renseignement
Doubler le budget dédié au renseignement
Renforcer les pouvoirs du renseignement pénitentiaire.

FN

Rétablir l’expulsion automatique des criminels et des délinquants étrangers. Mettre en place des accords bilatéraux permettant que les étrangers condamnés purgent leur peine dans leur pays d’origin.
Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen (un dispositif particulier pour les travailleurs frontaliers sera mis en place pour leur faciliter le passage de la frontière). Reconstituer les effectifs supprimés dans les douanes par le recrutement de 6 000 agents durant le quinquennat.
Rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale. Simplifier et automatiser leur expulsion.
Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000. Mettre fin à l’automaticité du regroupement et du rapprochement familial ainsi qu’à l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage. Supprimer les pompes aspirantes de l’immigration.
Supprimer le droit du sol : l’acquisition de la nationalité française sera possible uniquement par la filiation ou la naturalisation dont les conditions seront par ailleurs plus exigeantes. Supprimer la double nationalité extra-européenne.
Revenir à l’esprit initial du droit d’asile qui ne pourra par ailleurs être accordé qu’à la suite de demandes déposées dans les ambassades et consulats français dans les pays d’origine ou les pays limitrophes.
Supprimer sur notre territoire la directive « détachement des travailleurs » qui y crée une concurrence déloyale inadmissible. Mettre en place une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer effectivement la priorité nationale à l’emploi des Français.
Réaliser des économies en supprimant l’Aide Médicale d’État réservée aux clandestins, en luttant contre la fraude (création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité)
Promouvoir l’assimilation républicaine, principe plus exigeant que celui d’intégration.

Faire respecter la France
Quitter le commandement militaire intégré de l’OTAN
Reconstituer dans tous les domaines de la Défense une offre industrielle française pour répondre aux besoins de nos armées et garantir notre indépendance stratégique.
Augmenter dès la première année du mandat le budget de la Défense à 2 % du PIB puis tendre vers 3 % à l’horizon de la fin du quinquennat. Ces 2 % minimum seront inscrits dans la Constitution. Cet effort substantiel permettra notamment de financer :
– un second porte-avions baptisé « Richelieu », indispensable à la permanence à la mer de notre groupe aéronaval ;
– l’augmentation des effectifs (pour les reconstituer à leur niveau de 2007, soit environ 50 000 militaires supplémentaires) ;
– la pérennisation de notre force de dissuasion nucléaire ;
-l’augmentation générale de notre format d’armée (davantage d’avions, de navires, de blindés) et la modernisation des équipements
– le rétablissement progressif d’un service militaire (minimum obligatoire 3 mois).

Engager la France au service d’un monde multipolaire fondé sur l’égalité en droit des nations, leur concertation permanente et le respect de leur indépendance. Fonder la politique internationale sur le principe de réalisme et rendre à la France son rôle de puissance de stabilité et d’équilibre.
Renforcer les liens entre les peuples qui ont le français en partage.
Mettre en œuvre une véritable politique de co-développement avec les pays d’Afrique fondée prioritairement sur l’aide au développement de l’école primaire, l’aide à l’amélioration des systèmes agricoles et l’aide au renforcement des outils de Défense et de sécurité.

PS

Cette France protectrice et indépendante, elle doit aussi se montrer à la hauteur de sa responsabilité historique, celle d’accueillir avec dignité les réfugiés, ces femmes et ces hommes qui fuient la guerre et la misère, et qui choisissent la France parce qu’elle incarne la paix et la tolérance. Face à une détresse économique et climatique qui va s’accentuer au XXIe siècle, la France fera toujours le choix de l’humanité et de la coopération internationale.

Un appareil de défense à la hauteur de nos ambitions
Je renforcerai les moyens de l’appareil militaire français qui continuera à être l’un des plus perfectionnés au monde à condition d’être entretenu. Plus que jamais, il nous faut pérenniser notre dissuasion nucléaire afin de garantir notre souveraineté, notre autonomie de décision et notre liberté d’action. Nous devons également investir dans l’entraînement de nos forces armées, garantir un groupe aéronaval à la France et assurer la protection de notre Zone Economique Exclusive en modernisant notre flotte.

Un budget à 3% du PIB pour la sécurité et la défense
Je présenterai à l’automne 2017 un projet de loi d’orientation et de programmation pour la sécurité et la défense qui fixera des orientations claires pour l’ensemble du quinquennat. Il prévoira notamment qu’au terme du mandat, 3% du PIB seront consacrés aux dépenses de défense et de sécurité intérieure et donc à la protection des Français.

Un visa humanitaire pour une protection temporaire
Je créerai un visa humanitaire. Il ouvrira aux personnes en situation de détresse humanitaire une voie d’accès légale et sécurisée au territoire français, pour un accueil et une protection temporaires. De plus en plus, les réfugiés fuient la guerre, la répression, la détresse économique ou climatique. La France doit être en mesure de les accueillir et de les protéger.

Une aide au développement à la hauteur de nos moyens
Je rétablirai l’aide au développement à la hauteur de nos moyens et de notre responsabilité en fixant par la loi que ce budget ne peut être en deçà de 0,7% du Revenu National Brut, comme au Royaume-Uni. J’établirai des partenariats équitables principalement avec les pays d’Afrique.

En marche

Un État qui protège
Vivre dans la peur, c’est vivre sans être libre.
La peur, c’est désormais celle que nous pouvons éprouver au moment de nous rendre dans une gare, à la terrasse d’un café, à un rassemblement qui pourrait être une cible pour des terroristes.
La peur, c’est aussi une forme d’angoisse quotidienne : la crainte de laisser son logement inoccupé pendant qu’on part au travail ou en vacances, de croiser le mauvais regard ou de s’asseoir à la mauvaise place dans les transports.
Surtout quand on est une femme. La puissance de l’État doit être mise au service de la protection de tous les Français, partout sur le territoire. Et pour cela, ce sera tolérance zéro lorsqu’il s’agit de sécurité. Car la sécurité est la première de nos libertés.
Nous agirons avec nos partenaires européens pour créer une force de 5000 garde-frontières européens. Ils seront chargés de surveiller et protéger les frontières extérieures de l’Union européenne
Nous examinerons les demandes d’asile en moins de 6 mois, recours compris. C’est nécessaire pour accueillir dignement les réfugiés qui ont droit à la protection de la France. Les autres seront reconduits sans délai vers leur pays afin qu’ils ne deviennent pas des immigrés clandestins.

France Insoumise

De même que nous ne devons plus être à la remorque des folies impériales des États-Unis et de leur outil de tutelle militaire : l’OTAN. Nous sommes une nation universaliste. Notre vocation est à l’ONU et dans la coopération privilégiée avec les pays émergents. Notre ancrage est en Méditerranée et avec les peuples francophones du continent africain, là où va se façonner l’avenir. Au lieu de quoi nous sommes en guerre avec des buts imprécis et des alliances malsaines ! Mais qui s’occupe de préparer la paix plutôt que la guerre généralisée ?
Les interventions extérieures militaires françaises ne doivent pouvoir être lancées sans approbation préalable du Parlement.
L’organisation des nations unies (ONU) est le cadre multilatéral de gestion des crises internationales. L’ONU doit par exemple être le lieu d’un désarmement multilatéral progressif.